Un campus laboratoire
d’architecture vivante

Hypothèse de réaménagement de la villa Giori. Située à l'ouest de la villa E-1027, la villa Giori sera réhabilitée en espace d'agrément, de réception et de séminaires © DDA Architecte pour Cap Moderne

Dès leur conception, la Villa E-1027, l’Etoile de Mer, Le Cabanon et les Unités de camping furent un théâtre d’expérimentations architecturales.
Aujourd’hui, les étudiants, les chercheurs, les professionnels et des artistes du monde entier souhaitent pouvoir venir sur le site pour approfondir leurs connaissances en architecture, en design, mais aussi dans les domaines du paysage et d’autres champs artistiques.

Le site Cap Moderne s’affirme plus que jamais comme un formidable terrain d’apprentissage et d’inspiration. Au-delà du site de visite accessible à tous, Cap Moderne a l’ambition de créer un campus-laboratoire international d’architecture vivante capable d’accueillir les communautés scientifiques, techniques et artistiques du monde entier. Pour offrir des conditions d’accueil, de recherche et de travail idéales, l’association poursuit la restauration des édifices existants.  Elle entend également acquérir des espaces voisins pour y aménager des équipements adaptés.

Le projet
Cap Moderne

De la gare culturelle au Campus Eileen Gray, laboratoire international d’architecture vivante... Si le projet de Cap Moderne se résume en quelques mots, la dimension patrimoniale, intellectuelle et éducative du site impose un niveau d’ambition et d’excellence au projet de valorisation porté par l’association Cap Moderne. Ce projet comporte deux volets essentiels : la conservation et la transmission.

La conservation
 

La conservation du site se fonde sur la connaissance, la rigueur, mais aussi l’expérimentation et l’échange de points de vue. Conserver des prototypes de l’architecture moderne soumis à l’atmosphère saline du bord de mer tient de la gageure. Relever ce défi en déjouant toutes les difficultés est pour Cap Moderne un enjeu essentiel car il est source d’apprentissage, d’enseignement et de progrès dans l’art patient qui consiste à entretenir des œuvres du XXe siècle.

M-O. Hubert restaure une peinture murale de Le Corbusier © Photo Claudia Devaux et Couverture de la revue l’Architecture vivante de 1929
Marie-Odile Hubert restaure une peinture murale de Le Corbusier © Photographe Claudia Devaux
La transmission
 

Favoriser l’accès à l’œuvre dans ses aspects paysagers, architecturaux, mobiliers et artistiques, mais aussi à travers les archives écrites et iconographiques et la mémoire orale attachée au lieu est un autre challenge pour Cap Moderne.

Des plus initiés aux plus néophytes, l’enseignement dont le site est porteur et les émotions qu’il suscite doivent pouvoir être partagés avec le plus grand nombre même si, au regard de la fragilité du site et de son exiguïté, le nombre de visiteurs et d’invités doit être strictement maîtrisé. C’est pourquoi les visites sont sur réservation et en petits groupes guidés.

Les réservations pour les particuliers doivent se faire directement en ligne : cliquez ici

Vous pouvez aussi réserver par téléphone au 06 48 72 90 53

ou encore par e-mail via le formulaire de contact ou en cliquant sur l'adresse mail suivante : contact@capmoderne.com

Pour une meilleure gestion et parce que le nombre de visiteurs est limité, priorité sera donnée aux réservations effectuées en ligne.

Pour les groupes, les réservations se font  par e-mail via le formulaire de contact ou en cliquant sur l'adresse mail suivante : contact@capmoderne.com ou par téléphone au 06 48 72 90 53

Accueil, exposition,
Centre d'interprétation

Pour prolonger la découverte et la compréhension  du site et favoriser son rayonnement un centre d’interprétation sera implanté sur le site de la gare avec la complicité du groupe SNCF conscient de son rôle stratégique d’accueil et d’exposition.

Une gare culturelle
 

Hissée au rang de « Gare culturelle », la gare devient ainsi la véritable entrée du site Cap Moderne.

Projet d'aménagement de la place de la gare pour l'accueil des visiteurs © DDA Architecte pour Cap Moderne
Le « Campus Eileen Gray, laboratoire international d’architecture vivante »
 

Laboratoire et atelier par essence, ce site demeure l’espace de recherche et de dialogue initié voici bientôt 90 ans. Dès 1929, le célèbre numéro de la revue l’Architecture vivante éditée par Jean Badovici s’en est fait l’écho en 1929 et Cap Moderne entend poursuivre cet héritage. A terme, l’objectif est de créer un campus : le « Campus Eileen Gray, laboratoire international d’architecture vivante ».

Villa Giori, état des lieux © DDA Architecte pour Cap Moderne

Forcément modeste par sa taille, ce campus ouvert sur le monde est destiné à être partagé et investi alternativement par des écoles et des universités internationales souhaitant y organiser  des séminaires et des ateliers. Leurs étudiants viendront ici parfaire leurs connaissances en architecture, design, paysage et dans de nombreux domaines artistiques. Des salles d’exposition, de travail, de séminaire seront à leur disposition ainsi que des espaces d’agrément et de réception voire quelques studios.

La quatrième 
Aventure

Après les trois aventures méditerranéennes d’Eileen Gray, de Thomas Rebutato et de Le Corbusier, une quatrième aventure s’ouvre : celle de la conservation et de la valorisation du site à laquelle tout un chacun peut participer.

De la Villa E-1027 et du Cabanon au Campus Eileen Gray, le projet avancera étape par étape. Pour être concrétisé, il nécessitera l’aide publique et le soutien privé des mécènes.

 

Les grandes étapes
du projet

L’opération se développera selon trois axes avec le soutien du mécénat. La poursuite de la restauration des trois œuvres classées monuments historiques est le premier axe de valorisation avec l’aide et le financement de l’État (DRAC PACA) et du Conservatoire du littoral. En plus du million d’euros déjà engagé entre 2007 et 2013, la suite des restaurations coûtera la même somme dont la moitié financée par l’Etat.

Les deux autres axes sont l’acquisition du hangar désaffecté de la gare de roquebrune-Cap-Martin et celle de la villa Giori jouxtant E-1027. Ces acquisitions permettront d’implanter des structures d’accueil (réception, billetterie, café, boutique-librairie, salle d’exposition, espace de représentation et de prestige, bibliothèque, atelier de médiation et salles de séminaire...). Chaque axe représente un coût de l’ordre de 2 millions d’euros dont la moitié à financer grâce au mécénat.

 

Premier axe de valorisation :
poursuivre la restauration
des 3 œuvres majeures

2015 : restauration du solarium en terrasse de la  Villa E-1027 et diverses restaurations intérieures.

2015 : désamiantage et réfection à l’identique du Cabanon et de l’Etoile de Mer.

2015-2016 : restitution des jardins de L’ensemble du site Cap Moderne dans le respect des intentions des créateurs et celui du paysage et des espèces méditerranéennes, selon les préconisations du Conservatoire du littoral.

2016 : poursuite de la restauration, avec notamment celle des unités de camping.

Budget : 1 000 000 € dont 500 000 € recherchés en mécénat/partenariat

 

Deuxième axe de valorisation :
installation d’un accueil et
d’une salle d’exposition à la gare
de Roquebrune Cap-Martin.        

2015 : espaces d’accueil et de médiation provisoire sur le parvis de la gare de Roquebrune Cap-Martin.

Reconversion d’un ancien wagon SNCF donnant sur le parvis en accueil, billetterie, boutique et café, avec une nouvelle signalétique pour le site. Aménagement du parking de la gare.

Budget : 500 000 € dont 250 000 € recherchés en mécénat/partenariat

 

2016 : rénovation du hangar désaffecté de La gare de Roquebrune Cap-Martin.

En partenariat avec la ville de Roquebrune-Cap Martin et la SNCF, Cap Moderne assurera la rénovation et l’aménagement du hangar désaffecté de la gare SNCF pour y implanter une salle d’exposition et de médiation. Une réplique du Cabanon de Le Corbusier permettra d’en découvrir l’intérieur, sans fragiliser l’original, et des exposition à thème seront proposées.

L’aménagement de cet ensemble constituera la première « gare culturelle » de France et dotera le site d’un pôle d’accueil digne de son rayonnement international.

Budget : 1 million d’euros dont 500 000 € recherchés en mécénat/partenariat.

 

2016-2017 : médiation et publications.

Création des outils de médiation nécessaires à la compréhension du site et de l’œuvre de l'oeuvre d’Eileen Gray et de Le Corbusier : brochures, signalétique, films, reconstitutions 3D.

Budget : 500 000 € dont 250 000 € recherchés en mécénat/partenariat.