Trois aventures
humaines et architecturales
sur la Côte d’Azur

Vue sur la villa E-10127 d'Eileen Gray et Jean Badovici peu après 1926 © DR - Photographe inconnu

Face à Monaco, un site culturel et naturel remarquable désormais baptisé Cap moderne, réunit la villa E-1027 d’Eileen Gray, le Cabanon et les Unités de camping de Le Corbusier, et le bar-restaurant l’Etoile de mer ; autant d’architectures mythiques dans un cadre naturel d’exception.

Visites sur réservation uniquement.

LA RÉSERVATION EST OBLIGATOIRE POUR TOUS LES PUBLICS.

Les réservations pour les particuliers doivent se faire directement en ligne : cliquez ici
ou encore par e-mail sur contact@capmoderne.com via le formulaire de contact
Pour une meilleure gestion et parce que le nombre de visiteurs est limité, priorité sera donnée aux réservations effectuées en ligne.
Pour les groupes, les réservations se font  par e-mail sur contact@capmoderne.com ou via le formulaire de contact ou par téléphone au 06 48 72 90 53

Berenice Abbott, Portrait d’Eileen Gray, Paris, 1926 © Photographe Berenice Abbott/Getty Images

Dans l’entre-deux guerres, entre 1926 et 1929, lorsqu’elle construit avec son compagnon l’architecte Jean Badovici (1893-1956) la Villa E-1027 sur un terrain dominant la baie de Roquebrune-Cap-Martin face à Monaco, la créatrice irlandaise Eileen Gray (1878-1976) expérimente une nouvelle architecture. Jean Badovici lui consacrera un numéro entier de sa revue l’Architecture Vivante.

En 1949, l’artisan plombier niçois Thomas Rebutato (1907-1971) ouvre sur la parcelle voisine le restaurant l’Etoile de Mer et Le Corbusier (1887-1965), ami de Jean Badovici, en devient aussitôt un client fidèle. Entre l’architecte, son épouse Yvonne et la famille Rebutato, une amitié se noue.

Moment d’amitié dans la Villa E-1027 pour Le Corbusier, son épouse Yvonne et Jean Badovici © Fondation Le Corbusier / ADAGP - Photographe Lucien Hervé

Sur une parcelle jouxtant le restaurant, Le Corbusier édifie en 1952 son célèbre Cabanon en bois. Bien que modeste en dimensions (3.66m x 3.66m) ce cabanon est l’illustration d’une série de recherches sur le système de proportions qu’il nomme le Modulor. En échange de la parcelle que Thomas Rebutato lui a cédée pour le Cabanon, Le Corbusier fera construire pour lui en 1956-57 les Unités de Camping.

Vue aérienne de la villa
La Villa E-1027 au contact direct de la nature et des éléments © Fondation Le Corbusier / ADAGP - Photographe inconnu

Le restaurant l’Etoile de Mer ferma peu de temps avant le décès de Thomas Rebutato en 1971. En 2000, pour préserver l’intégrité des lieux, son fils Robert Rebutato et sa famille firent don de l’Etoile de Mer et des Unités de Camping au Conservatoire du littoral.

Le Conservatoire du littoral est désormais propriétaire de l’ensemble du site. Rebaptisé « Cap Moderne », ce site, aujourd’hui protégé au titre des monuments historiques, réunit sur 2970 m2 un ensemble d’une importance capitale dans l’histoire de l’architecture du XXe siècle.

Le Corbusier et Thomas Rebutato, deux amis, sur le chemin de la gare © Fondation Le Corbusier / ADAGP - Photographe inconnu

Voir les biographies d’Eileen Gray et Jean Badovici

Voir la biographie de Le Corbusier

Voir la biographie de Thomas Rebutato

Notre page partenaires

Le fonds de dotation

Villégiature balnéaire
pour des pionniers
de l’architecture moderne

Dans un cadre naturel offrant une vue panoramique sur le littoral méditerranéen, le site est emblématique des recherches des pionniers de l’architecture moderne, de leur talent et de leurs confrontations. Ces résidences de villégiature balnéaire témoignent aussi de leur intimité et d’un mode de vie, apparemment très éloigné du fonctionnalisme moderne.

Soulignons que ce lieu conserve de rares exemples de peintures murales de la main de Le Corbusier dont la mémoire est d’autant plus forte que c’est sur la plage voisine de Cabbé qu’il trouva la mort le 27 août 1965.

Entre la gare de Cabbé et la pointe du cap Martin, le site est implanté sur l’étroite bande de terre séparant de la mer, la voie de chemin de fer de la mer vers l’Italie. Autrefois coloré par les agrumes plantés en terrasses dont le nom local est « restanques »., ce terrain est aussi le domaine d’espèces végétales typiquement méditerranéennes : pins, eucalyptus, pistachiers, euphorbes, yuccas…

Le Corbusier se baignant sur la plage de Cabbé © DR - Photographe inconnu
Plan d’ensemble du site – fond de plan tiré de ENSA Marseille : E1027, le Cabanon : un site en projet… Workshop Roquebrune-Cap-Martin (volet traité par l’Académie d’Architecture de Mendrisio)

 

Réhabilitation,
valorisation, partenariat
et ouverture au public

Protection des peintures de Le Corbusier durant les travaux de restauration © Fondation Le Corbusier / ADAGP - Photographe Manuel Bougot

Si le Cabanon, l’Etoile de Mer et les Unités de Camping sont visitables depuis qu’ils sont la propriété du Conservatoire du littoral, il n’en allait pas de même de la villa E-1027. Pour être sauvegardée et ouverte au public, celle-ci a en effet dû être l’objet d’importants travaux de restauration conduits sous la maîtrise d’œuvre de Pierre-Antoine Gatier.

C’est donc seulement à partir du 1er mai 2015, après l’achèvement de la première tranche de travaux de restauration et la mise en gestion intégrale du site à l’association Cap Moderne, que la Villa E-1027 peut enfin être ouverte au public.

En 2015, année de la commémoration du 50e anniversaire de la disparition de Le Corbusier, le 27 août 1965, sur la plage voisine de Cabbé, l’ensemble du site est donc ouvert à la visite.

Malgré l’importante campagne de restauration déjà réalisée, les études et travaux se poursuivent. Ils concernent l’ensemble du site et ses abords. Ils entrent dans le cadre d’un grand projet scientifique et culturel établi sous la forme d’un schéma directeur en plusieurs phases. Ils ont pour objet de conserver le site et d’accueillir le public des visiteurs, des professionnels et des chercheurs dans de meilleures conditions. L’objectif vise à créer avec le site voisin de la gare de Cabbé, un campus et laboratoire international d’architectures vivantes.

Ce projet reçoit le soutien financier public du Conservatoire du littoral, de l’Etat et des collectivités territoriales. Il bénéficie aussi du soutien privé de la Fondation Le Corbusier et d’un club de mécènes qui contribuent au fonds de dotation présidé par Michael Likierman.

Pour soutenir l’action de l’association ou faire partie du club de mécènes, cliquer ici.

Pour organiser sa visite, voir la page « Comment venir ? »

Voir la rubrique « Notre projet »

Voir aussi la page « Fonds de dotation »

Pendant les travaux de restauration © Photographe Claude Prelorenzo

Le site
aujourd’hui

Vue actuelle du site © Photographe Manuel Bougot

Le Conservatoire du littoral est devenu peu à peu propriétaire de l’ensemble du site. Après l’acquisition du Cabanon en 1979, la villa E-1027 a pu être achetée en 1999 grâce au soutien et au financement de la Ville de Roquebrune-Cap-Martin. L’Etoile de Mer et les Unités de Camping furent ensuite généreusement données par la famille Rebutato.

Le Ministère de la Culture (DRAC PACA / CRM et STAP), la Ville de Roquebrune-Cap-Martin et la Fondation Le Corbusier encouragent les actions conduites par l’Association Cap Moderne chargée depuis septembre 2014 de la gestion et de la mise en valeur du site. Cap Moderne reçoit aussi le soutien du Département, de la Région et d’autres partenaires comme RFF, la SNCF…

Cap Moderne est présidée par Michael Likierman, également président du Fonds de Dotation consacré au site. Robert Rebutato, fils du fondateur de l’Étoile de Mer, en est le vice-président et il préside également l’Association « Eileen Gray. Étoile de Mer. Le Corbusier », qui œuvre depuis sa création en 2000 pour la préservation et le rayonnement de ce site. Véritable lieu de culture, ce site témoigne de l’histoire de l’art et de l’architecture du 20° siècle et de trois aventures humaines et intellectuelles.

Plan des Unités de camping (rdc haut), de l’Etoile de Mer et du Cabanon ainsi que de la Villa E-1027 (rdc haut) © Workshop réalisé par les étudiants de l’Ecole Polytechnique de Lausanne, de l’Académie d’architecture de Mendrisio et de l’Ecole nationale Supérieure

Voir la page « Qui sommes-nous ? »